Castel de Nancy

Forum RP du Chateau de Nancy dans le jeu Royaumes Renaissants (www.lesroyaumes.com)
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 BUREAU ECONOMIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rosana45
Intervenant majeur
rosana45

Date d'inscription : 27/04/2009
Nombre de messages : 1237
Nom RR (IG) : rosana45
Localisation : Saint Dié Duché de Lorraine

Champs et Metier : Blés , Maïs, Forgeronne
- :

BUREAU  ECONOMIQUE Empty
MessageSujet: BUREAU ECONOMIQUE BUREAU  ECONOMIQUE Icon_minitimeSam 22 Mai 2010 - 20:12

Citation :
Drag0nf1re a écrit:
Bonjour,

Certaines personnes pensent qu'il est pertinent de vendre à bas prix afin d'aider les autres.
Ce long message a pour but de vous prouver qu'il n'en est rien et, que cela provoque juste un appauvrissement général de toute la population. Mais il vous montrera aussi qu'il existe bien d'autres moyens d'aider efficacement son prochain. Ce message est très long mais, toute personne s'intéressant un peu à l'économie ou ayant une idée sur le sujet ce doit de le lire.

************************************************************************

Tout d'abord quelques généralités :
Comprenons qu'il faille faire un choix, soit on fait des économies soit on augmente ses caractéristiques. Faire les 2 en même temps est quasiment impossible.

Pour être riche et puissant il faut donc du temps.

Pour les personnes qui désirent systématiquement vendre leur production dans la demi-journée, rappelons le temps de passage moyen d'un niveau à l'autre à partir du moment de son apparition, si l'on respecte les consignes bien sûr.

Pour le niveau 1 : 1 à 2 semaines.
Pour le niveau 2 : 3-4 mois environ.
Pour le niveau 3 : 1 an à 1 an et demi.

Il faut donc penser à long terme, ne penser qu'à court terme ne peu que rallonger ces durées.
Ne pas vendre immédiatement sa production n'est donc pas bien grave. [...]

*********************************************************************

Maintenant que vaut-il mieux avoir pour s'enrichir rapidement :

Un marché avec des prix élevés ou un marché avec des prix bas ?

En fait un village est incapable d'écouler l'intégralité de sa production sans l'aide de la mairie,
la production étant supérieure aux besoins de la population.

La mairie achète donc beaucoup de produits sur le marché, essentiellement du blé et du maïs [...]. Au total, environ 10% de la production globale est ainsi achetée.
Dans l'ensemble, la population vend donc plus de produits qu'elle n'en achète. Et c'est justement cela qui nous permet de nous enrichir car : Si l'on achète plus que l'on ne vend, on s'appauvrit.
C'est une évidence mais certains ont tendance à l'oublier.
Ensuite, tout est affaire de pourcentage : Il est plus intéressant de vendre pour 100 écus et d'acheter pour 90 que de vendre pour 50 écus et d'acheter pour 45. Le pourcentage n'a pas changé mais le gain final est doublé.

Un marché fort est donc l'assurance d'un enrichissement plus important.

Comme l'on vend plus que l'on achète, il faut donc se placer du coté du vendeur et non de l'acheteur,
pour permettre à chacun de s'enrichir plus rapidement.
Bien sûr, ceci n'est valable que si le marché est équilibré au niveau des prix, les grilles indicatives sont justement là, pour ça.

*********************************************************************

Maintenant, voici quelques chiffres :

Nous allons prendre un exemple concret avec le pain. Pourquoi le pain ?
C'est un produit de base, accessible à tous et que toutes personnes désireuses de faire des économies consomment.
De plus, la production de sa matière première (le blé) n'est pas soumise à des aléas comme les carcasses,
cela rend les calculs plus simples.
Voyons ce qu'il se passerait si l'on désirait faire baisser son prix de 15 deniers (0.15 écus).

Pour obtenir ce résultat, nous pouvons agir sur :
- Le prix du blé ou du bois
- Le salaire du boulanger ou du meunier

Etudions les cas un par un.

Le prix du blé

Plus de 50% de la production est faite par les niveaux 1, ce serait un peu donner d'une main pour prendre de l'autre, il n'y a donc pas grand intérêt puisque ça revient à vouloir faire gagner de l'argent à tout le monde sur le dos des personnes les moins riches. Au final il n'y aura donc que les riches qui en profiteront vraiment. Il vaut donc mieux s'axer sur les autres points.

Le prix du bois

Pour obtenir une baisse de 15 deniers sur le prix du pain, il faudrait une baisse de 90 deniers sur le prix du bois :
Actuellement, un bûcheron expérimenté gagne en moyenne 21 écus, cela ramènerait son salaire à 16.50 écus, [...] un salaire à peine plus haut que celui d'un mineur. [...] Ceci ne me semble pas acceptable. [...]

Le salaire du boulanger

En une journée, le boulanger produit 36 miches de pains.
Baisser son prix de 15 deniers provoque donc une perte journalière 5.40 écus.
Avec une telle baisse de salaire les boulangers ne travailleront plus beaucoup dans leur échoppe, préférant postuler à des offres d'emplois visibles à la mairie.
Il y aura donc moins d'offre intéressante pour les niveaux 1 puisqu'elles seront prises d'assaut par des personnes à fort charisme qui ne travaillent plus dans leurs échoppes et un risque de pénurie de pain.

Le salaire des meuniers

Les meuniers devraient vendre leur farine 45 deniers moins chers, soit une perte journalière de 4.50 écus. Elle est un peu plus faible que pour les boulangers mais reste conséquente et l'on obtient donc des effets identiques.

A ceci, il faut ajouter les effets de bords. Les artisans sont les plus gros consommateurs de nourriture comme la viande, le lait et les légumes. Diminuer leur salaire fera qu'ils en consommeront moins. Cela provoquera donc un ralentissement économique. On vendra moins, on sera donc moins riche et l'on évoluera moins vite.

Nous venons de voir que les pertes seraient plutôt importantes, occasionnant de gros sacrifices pour certaines catégories de la population.
Un mangeur de pain y gagnerait 18 écus en 4 mois contre plus de 500 écus pour les artisans et les bûcherons. [...] C'est donc l'équivalent de la production de plusieurs champs qui ne trouveront plus acquéreur donc, un enrichissement moins rapide.

Bien sûr, un artisan en particulier, ne travaille pas tous les jours dans son échoppe mais, il faut voir la profession dans son ensemble.

Certains pourraient penser qu'il serait pertinent de partager les pertes entre les meuniers, boulangers et bûcherons. On voit bien que de toute façon le gain est ridicule mais les pertes restent conséquentes. Les partager n'enlevant pas le fait que la perte est bien là. Lorsque l'on s'engage sur cette voie sans réflexion, on ne comprend généralement pas pourquoi l'on ne gagne pas plus d'argent qu'avant, et on a tendance à vouloir continuer à faire baisser les prix pour obtenir l'effet escompté, aggravant en fait, le problème. C'est un cercle vicieux dans lequel il est dangereux de s'aventurer.

************************************************************************

Maintenant plaçons-nous dans un autre cas de figure :

Prenons une personne fort riche et qui n'a pas besoin d'argent et qui décide de produire quand même pour vendre sa production à très bas prix.

On peut penser que l'on aide quelqu'un en vendant à très bas prix.
Certes, la personne qui a profité de l'aubaine gagne quelques écus mais, c'est à nouveau se placer du mauvais coté, puisqu'il a été montré qu'il fallait ce placer du coté du vendeur et non de l'acheteur pour s'enrichir.

Voici un exemple concret :

Un maraîcher vend un légume à 7 écus au lieu de 11. La personne qui l'achète gagne donc 4 écus. Mais vu la différence de prix, ils seront certainement nombreux à le vouloir. Celui qui l'obtiendra aura donc certainement un haut charisme, donc, probablement pas le plus démunie.

La somme n'est pas négligeable mais, que pourra t-il acheter avec les 4 écus ainsi gagnés ? Mis à part un sac de maïs, pas grand chose. Mais à côté de cela, un maraîcher va se retrouver avec un légume à 11 écus qui n'a pas été vendu. Une personne avec un faible charisme certainement, une personne qui aurait certainement bien eu besoin des 11 écus de cette vente.

On a donc d'un côté, une personne aisée qui a gagné 4 écus et de l'autre, une personne de moindre expérience qui en a perdu 11. Pas terrible comme aide.

Et avec les 11 écus en question, qu'aurait-il pu acheter ?
Une bouteille de lait par exemple, ce qui est déjà mieux qu'un sac de maïs. C'est donc un éleveur bovin qui se retrouve lui aussi avec un invendu.
Et, comble de l'ironie, cet éleveur c'est peut être la personne qui a acheté le légume à 7 écus, lui occasionnant une perte indirecte de 11 écus.

Ainsi l'on voit bien l'effet boule de neige qu'on obtient avec cette action que l'on voulait altruiste au départ.

***********************************************************************

On pourrait donc croire que plus les prix sont élevés mieux c'est.
Ce n'est quand même pas le cas. En fait, il faut garder un marché équilibré, ce qui n'est pas forcément très facile car il y a beaucoup de paramètres prendre en compte et chaque ville a des obligations vis-à-vis du comté.

Les obligations en question sont gérées par le maire. Mais, si les prix sont trop élevés, il n'est plus en mesure de les remplir.

Alors, comment agir au mieux pour soi-même et pour l'intérêt général ?

Ce n'est pas compliqué. Il n'y a que quelques points à respecter :

- Respectez les grilles de prix de la mairie pour vendre ;
- Ne pas systématiquement choisir le prix le moins cher ou le plus cher ;
- Il faut suivre le marché ;
- Ne pas vouloir forcément vendre à tout prix dans la journée sauf si l'on a plus de quoi se nourrir ;
- Les artisans doivent également respecter les salaires conseillers ;
- Ne pas stocker plusieurs semaines de production et tout vendre d'un coup, rien de tel pour pénaliser vos collègues ;
- Lors d'un achat, acheter les produits qui sont dans les prix conseillers.

On peut penser faire une bonne affaire en achetant un produit pas cher mais en fait, on lèse un producteur qui respecte les consignes pour le bien de tous. Et demain, ce producteur lésé se sera peut-être vous.

*********************************************************************

Tout ceci est bien beau mais tout le monde n'est pas forcément intéressé par un enrichissement rapide. Ils sont des personnes qui souhaitent sincèrement aider les autres financièrement parlant, en se moquant de s'enrichir soi-même. Alors, comment doit-on se comporter si l'on est dans ce cas-là ?
Il existe plusieurs moyens, tout dépend de l'aide que vous voulez apporter. En voici quelques-uns mais, il doit en exister d'autres :

- Passer des offres d'emplois un peu au-dessus du minimum légal, par exemple : offre 17 écus pour ramasser des légumes, 22 à 24 pour faire semer un champ de maïs par une personne expérimentée.
- Si vous êtes bléïculteur ou cultivateur de maïs, vendez votre production à bas prix à la mairie ;
- Ne vendez pas l'intégralité de votre production sauf, s'il y a pénurie. Stockez le reste.
- N'achetez pas systématiquement les produits les moins chers, vous ferez des heureux ;
- Essayez de voir s'il est possible de travailler pour la mairie à bas prix ;
- Si vous pouvez vous le permettre devenez noble, c'est une des rares façons d'augmenter le nombre d'écus disponible dans une ville.

*************************************************************************

Les moyens ne manquent pas donc, le tout étant de garder à l'esprit que pour aider, il ne faut pas rentrer en concurrence avec les autres en terme de prix de vente. Certains de ces moyens consistent à faire gagner des sous à la mairie, cela peut vous sembler aller à l'encontre de ce que vous souhaitez faire. Mais, il faut savoir qu'avec cet argent gagné, le maire peut entreprendre des actions pour le bien de tous. Par exemple, le plus évident c'est le pain à un prix moindre, qui serait disponible à la taverne municipale et l'aide aux éleveurs de moutons. Mais cela peut aussi permettre d'acheter des produits dont la mairie n'a aucune utilité mais qui sont en trop grand nombre sur le marché. Plus la mairie peut acheter de produits sur le marché, plus l'enrichissement de la population est grand, à condition que le maire ne le fasse pas n'importe comment bien sûr.

Citation:
Autre calcul :
Baisser de 0.15 écus le pain revient à demander une économie de 5.40 écus à l'ensemble des intervenants qui ont fabriqué 36 miches.

En effet l'effort doit être collectif et non pas demandé à 1 seule profession.

Donc 5 intervenants ça nous donne 1.08 écus chacun pour son travail.
La mairie n'est pas prête à ça !
Le bûcheron est encore à 20 écus/jour
Le meunier doit baisser sa marge sur 1 sac de farine de 0.09 écus
Le bléiculteur perd 1.08 écus en 12 jours en moyenne donc 0.09 écus/jour
Le Boulanger achetant moins cher perd en réel seulement 0.03 écus/miche

Votre analyse sur le comportement à adopter est tout à fait pertinente, cependant il ne faut pas oublier que si la Mairie achète blé et maïs en surproduction c'est pour les revendre au comté qui les consomme pour nous fournir du bétail.

Ensuite dans la mesure où tous les achats se font dans un même village, il n'y a ni gain ni perte de la masse monétaire juste la capitalisation en masse de quelques uns ou les petites économies de tous. L'important est donc que la mairie vende plus de production à l'export qu'elle n'achète pour nos besoins à l'import.

Autre paramètre important c'est l'embauche dans les mines, celui qui travail à la mine fait augmenter la masse monétaire du village car l'argent arrive du duché, celui qui travail chez un paysan, a certes fait gagner de la production mais cela ne représente pas la même augmentation de masse monétaire.
Moralité si les nouveaux sautaient tous sur le travail des mines pendant 1 semaine, on augmenterait la masse monétaire de 5750 écus (bon ok les autres villes feraient la gueule mais vous aurez qu'à dire que c'est moi qui ai eu l'idée^^).

Enfin bravo pour ce travail qui va permettre à certains de mieux comprendre les rouages de l'économie d'une ville. (Giovannifrancesco)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Majoie
Grand du Duché
Majoie

Date d'inscription : 29/11/2009
Nombre de messages : 3219
Nom RR (IG) : Majoie
Localisation : Verdun

Champs et Metier : blé,bûcheron JAP,MA de Saint-Dié
- :

BUREAU  ECONOMIQUE Empty
MessageSujet: Re: BUREAU ECONOMIQUE BUREAU  ECONOMIQUE Icon_minitimeSam 5 Juin 2010 - 23:43

Entièrement d'accord...les filières d'entraide sont formées sur la confiance en chacun de ces maillons et tous et toutes y trouvent leur compte à plus ou moins long terme...surtout quand on y implique des filières différentes...blé-farine-pain....vaches-lait-viande...et conseils judicieux ca va de soit!!!

Normal que le boulanger demande le même salaire que le meunier!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

BUREAU ECONOMIQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bureau du curé de Rochechouart
» [Lieu RP] Le bureau du bibliothécaire
» Bureau d'accueil des volontaires de Dijon
» Le Bureau des Animae
» Le bureau de l\'herboriste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel de Nancy :: Donjon Central :: Grande Bibliothèque Lorraine et Archives du duché :: Archives de Lorraine :: archives de la municipalité de Saint-Dié-